Grands principes

Fonctionnement et pratique de la Médecine Symbolique©

Il faut rappeler trois points essentiels pour bien concevoir le fonctionnement de la Médecine Symbolique.

1. L'univers est constitué d'une facette visible (la matière) et d'une facette invisible (l'esprit)

msCes deux facettes sont associées symboliquement au fonctionnement féminin (force évolutive tellurique, attractive et nourrissante) et au masculin (force involutive cosmique, pénétrante et fécondante).

 

Beaucoup de méthodes, faute de pouvoir modifier les maladies ou désagréments par des actions matérielles, cherchent à obtenir le même résultat en agissant sur l'invisible : on parle alors de techniques « énergétiques ».

2. Les baguettes coudées : un outil médium

L'utilisation des baguettes coudées procède apparemment de cette volonté : elles sont des amplificateurs des mouvements invisibles du chakra cardiaque. C'est un outil « médium » qui fait le pont entre le monde visible et le monde invisible. En captant les messages de l'invisible, nous captons ce qui sous-tend le visible...
Mais il faut se méfier de ce pont ! Nous voulons vite « avoir des réponses » au lieu « d'écouter simplement des messages ». Notre mental veut obtenir un « résultat » de l'invisible, donc il tente de le manipuler pour se rassurer. C'est ainsi que la radiesthésie, la kinésiologie, la géobiologie, etc., proposent des cadrans ou des protocoles de questionnement pour « savoir ». Par ces méthodes, nous voulons avoir des réponses à nos questions.
Mais cela pose deux problèmes :

  • nous enfermons a priori les réponses dans un champ connu (nous ne pouvons pas découvrir du nouveau) ;
  • nous oublions que le but de l'invisible n'est pas de nous donner des réponses et d'enlever nos problématiques : son but est de nous éveiller.

C'est pourquoi les baguettes, lorsqu'on les suit simplement, vont donner beaucoup de messages d'éveil, avant d'apporter des soins.

3. L'invisible et le visible ne parlent pas la même langue

Notre cerveau comprend deux types de langages : le langage rationnel, logique et spécifique, et le langage analogique, intuitif et global.
La meilleure comparaison possible est celle-ci :

  • la journée est comparable à la matière : nous fonctionnons avec les lois physiques et nous sommes « éveillés ». C'est le langage rationnel qui domine;
  • la nuit est comparable à l'esprit : il n'y a ni espace ni temps et nous rêvons. C'est le langage symbolique qui domine.

Lorsque nous voulons interroger l'invisible, sa réponse se fera forcément et uniquement par un symbole ! Obtenir des réponses directes de l'invisible est un leurre. Aussi, nous utilisons le moins possible de question de type « oui-non » avec les baguettes.

Conclusion : l'habitat étant le symbole du corps humain (ventre, protection, etc.), l'habitant représente donc la partie qui « habite le corps », à savoir l'âme ou l'esprit. La médecine symbolique aborde habitat et habitant comme un « tout » indissociable...